Le choix d’un nom historique et pourquoi Le Théâtre de l’Ambigu Comique ?

 Ce théâtre au répertoire foisonnant a été détruit il y a un demi-siècle en 1967, et c’est un marionnettiste et comédien, Nicolas-Médard Audinot qui le créé en 1769. De ses débuts dans les théâtres des foires Saint-Germain et Saint-Laurent à son rôle de directeur de troupe et d’entrepreneur de spectacles au théâtre de l’Ambigu Comique, il joue un rôle éminent dans l’histoire du théâtre dit « secondaire ». Après s’être consacré à la marionnette (les spectacles sont conçus pour adultes), il fait jouer des comédiens, des musiciens, des chanteurs. Il passe tour à tour de la pantomime au mélodrame et à la comédie. C’est cet esprit d’entrecroisement du jeu des comédiens et parfois des marionnettes, de la musique et du chant, cet esprit d’invention qui s’empare des formes du théâtre dit classique qui inspire nos spectacles.

Tirer la langue aux contraintes et remercier les censeurs !

Les comédiens des théâtres de la Foire ont subi jadis les contraintes imposées par les scènes officielles défendues par l’Opéra et la Comédie Française. Le bonheur de la transgression n’a d’égal que celui de l’invention. Celle des comédiens forains du 18èmesiècle leur a permis de créer de nouvelles formes tout en respectant les règles imposées. S i la censure a disparu au 21ème siècle, une certaine méfiance perdure quant aux spectacles que le 19ème a réussi à occulter. Tout un pan de notre répertoire théâtral et musical, fondateur de plusieurs genres (le théâtre de boulevard, la comédie musicale, le karaoké, le stand up) est devenu inconnu du public, alors qu’il a été inventé il y a plus de 200 ans !L’esprit de« spectacles pour tous » reste central dans notre projet. Les parodies d’opéra notamment (voir notre chapitre sur le sujet) que nous avons montées, en sont l’exemple le plus probant. Si l’opéra a été et demeure un genre hélas perçu comme élitiste, les parodies qu’ont ont produits les auteurs sous l’Ancien Régime, permettent non seulement de découvrir l’œuvre originale mais aussi d’en rire grâce à sa dégradation parodique. Le peuple et la noblesse raffolaient de ce genre. Nous voulons aujourd’hui, dans les productions du théâtre de l’Ambigu Comique rallier cette même diversité sociale.

Qui se plie se déploie mieux…

Une capacité à s’affranchir des contraintes par la flexibilité de l’écriture ; par exemple pour un titre donné, adapter chaque version aux dimensions scéniques des salles qui nous accueillent, aux budgets. La recherche et « l’exhumation » (macabre expression ; il faudrait plutôt dire « le réveil » ou « le retour » !) d’un répertoire riche et surprenant, notamment avec les pièces à l’humour débridé du Théâtre de la Foire, animent notre projet. La collaboration avec des ensembles musicaux baroques ou modernes, avec des chercheurs dans le domaine du théâtre et de musique, des sculpteurs, peintres, avec des directeurs de salles et de festivals animés par la curiosité et le souci de diffuser un répertoire méconnu ; l’enthousiasme du public en France et à l’étranger pour chacune de nos créations nous incite à élargir notre répertoire, nos productions et leur diffusion.